07 septembre 2009

Opération Vague aqueuse

Mission confiée, mission accomplie! En ces prestigieuses pages, tissées de bits par des mains ridées de courage, on m'avait enjoint de "reproduire la gracieuse image d'Odile aux coordonnées 37.775959,-122.512794, dans une échelle odiléenne". Avec la célérité d'un céleri, j'ai donc déployé d'extraordinaires ressources humaines, matérielles et spirituelles et j'ai réalisé l'opération Vague aqueuse.

Nulle échelle n'est aussi grandiose que celle de l'art, et encore moins de l'art épique. J'ai donc entrepris de produire une oeuvre dont le récit aussi bien que l'esthétique seraient un hommage à l'héroïsme débordant d'Odile. Cette oeuvre, ce roman-photo pour ne pas le nommer, a été conçue dans la grande tradition des récits chevaleresques du Moyen-Âge et, à ce titre, se compare avantageusement à la Chanson de Roland et aux aventures de Lancelot du lac, avec une touche post-moderne en plus.

Rien n'a été négligé pour créer une atmosphère éclatante qui convienne à la représentation des exploits de notre héros. Pour des paysages plus brillants et un soleil plus radieux, une plage du Michoacan a été préférée au lieu brumeux et sordide proposé par Carlos. Pour de l'action bien vive et bien trépidante, les meilleurs acteurs ont été recrutés, tant au Québec qu'en des endroits plus écartés, comme la France et le Mexique. Rien n'est trop beau pour Odile.

Vague aqueuse: drame poétique en trois actes

Acte I

Sur une plage déserte du Michoacan...

"Pit, pit" font les oiseaux avec entrain



Odile se prélasse en scrutant l'horizon d'un oeil aussi sûr que vigilant.

"Pour l'instant, je ne vois que le soleil qui poudroie et les herbes qui verdoient." se dit-elle.



Pendant ce temps, un jeune damoiseau, aussi innocent que téméraire, se prépare à aller batifoler dans les flots tumultueux. "Plouf, flac", font les flots susmentionnés.


Acte II


Soudain, Odile, observe que quelque chose ne tourne pas rond dans les bouillons marins

"Ciel! Il y a quelque chose de pourri dans le royaume de Neptune!"



En effet, le jeune damoiseau, aussi innocent que téméraire, subit l'attaque d'un gigantesque requin. Ça ne pardonne pas. "BlblblblGRRRblbl" fait la bête, qui n'a jamais été une grande oratrice.



Prenant son courage et arrachant sa robe à deux mains, Odile se jette au secours du malheureux. "Tiens bon, pauvre damoiseau, aussi innocent que téméraire!" lance-t-elle avec véhémence.



Portée par les puissantes ailes de son courage, Odile vole à la rescousse de la victime pantelante.

"Pss, kss" fait le sable giclant sous ses rapides enjambées.



Sur la grève, Odile entreprend de bombarder la bête des mers.

"Prend ça dans ta tronche de cake, horrible poisson sélacien à nageoire caudale!" déclare-t-elle assez savamment.



Constatant l'efficacité de sa stratégie, Odile poursuit le bombardement.

"Plouf, crac", fait la chaise en vinyle sur le dos du requin.


La bête affaiblie, Odile se jette finalement sur elle et lui donne le coup de grâce.

"Crounch", fait la troisième molaire au fond à gauche en partant de la droite.


Acte III


La bête a finalement craché sa dernière arête. Odile traîne le jeune damoiseau, désormaitrop inconscient pour être innocent ou même téméraire, sur la berge.

"Psiout" fait une méduse qui passait non loin de là.


En souvenir de cet événement traumatique, Odile fait généreusement don d'une noix de coco à la victime, qui semble toujours aussi désemparée.

"Mission accomplie" se dit notre héros.


"Et maintenant, EN ROUTE VERS DE NOUVELLES AVENTURES!"






31 août 2009

Opération Babouin Métallique

Créer un monde meilleur. Fonder un monde où tous auraient accès à l’eau, aux soins de santé, à l’éducation et à la télé haute définition. Un monde paisible et sans pollution où tous se prendraient par la main pour faire une ronde autour d’un feu de joie tout en entonnant solennellement “Ma chérie”(1). Un monde pacifié où les hommes auraient jeté leurs fusils et ouvert leur cœurs pour redevenir de dignes cultivateurs de citrouilles(2), arborant fièrement une barbe touffue et une élégante coupe Longueuil. Un monde calme et serein dans lequel les petites filles en robe rose gambaderaient dans la forêt au milieu des troupeaux de Bambis, cueillant au passage fleurs et champignons. Bref, un monde nommé “Amour(3).

C’est dans ce but très précis (et surtout réaliste) que nous nous levâmes ce bon matin de Janvier 2009. Épris d’une grande ferveur humaniste, nous décidâmes de mettre en exécution l’opération Babouin Métallique (événement désormais reconnu par les historiens comme étant un point tournant de l’histoire de l’Humanité).

Certains esprits naïfs se demandent encore: “Kossé-sa l’opération singe chose-machin-chouette”, et bien la réponse est toute simple et se résume en 2 points:

  1. Ce n’est pas l’opération singe machin-chouette, c’est l’opération Babouin Métallique.
  2. Bon, finalement ça ne se résume pas en 2 points…

Le commencement

Au début, il y eut une grande explosion appelée Big Bang ayant engendré l’Univers, puis quelques milliards d’années plus tard fut signé le pacte germano-soviétique(4). Quelques 50 ans plus tard, vos protagonistes préférés entrèrent en scène dans l’Opération Babouin Métallique!

Outre le désir ardent de changer le monde (voir l’introduction), il fut également décidé de partir à la conquête d’une contrée lointaine appelée par les tribus locales “Saint-Jean-de-Matha” afin d’établir notre nouvelle base ultra-secrète où seraient élevés nos futures armées d’écureuils mutants. Pour pouvoir amadouer les aborigènes, nous nous sommes alors prêtés à une étrange coutume locale appelée “la glissade sur tubes”. Bien que très primitive, il s’avéra que cet art ancestral possédait mille et une subtilités (décrites ci-dessous) et qu’il fut aussi fort amusant.

Des étrangers se joignent à cette noble quête

Avant même le début de la mystique cérémonie, 2 jeunes aventuriers se joignirent à nos héros(5). Provenant tout droit de France, ces 2 apprentis avaient traversé tous les États-Unis de la côte jusqu’à l’Indiana(6), guidés par la rumeur de la présence d’un groupe de demi-dieux dont la seule présence permet de guérir tous les maux et d’apaiser tous les cœurs. Malheureusement, ils avaient été mal renseignés par quelques individus fourbes et mesquin; le Trio ne trouvait pas là à ce moment. Il rebroussèrent donc leur chemin et retrouvèrent leurs idoles dans le village de Saint-Jean-de-Matha.

Avant de continuer, permettez-moi chers lecteurs de vous présenter ces 2 personnages ayant bravé tous les dangers pour retrouver la trace de leurs maîtres.

  1. Tout d’abord, il y avait une femme et c’était une Française d’ailleurs. Mais elle avait tellement un nom-à-coucher-dehors, alors on va l’appeler Linda.
  2. Puis il y avait un jeune homme, répondant au nom de “hey toi, l’ami de Guillaume”, mais comme il avait tellement un nom-à-coucher-dehors, alors on va l’appeler Didier(7).

La glissade sur tubes

Permettez-moi de vous expliquer les rudiments de la glissade-sur-tubes (GST). La GST est un sport d’hiver dont l’origine remonte au 3e siècle après J-C. Originellement pratiqué lors de cérémonies religieuses, ce rituel consistait alors à rouler un volontaire dans un tapis et de le lancer en bas d’un pont. La victime tombait alors dans un gouffre sans fond peuplé de monstres marins. On s’imaginait que ce sacrifice humain permettrait au village d’obtenir de bonnes récoltes.

Beaucoup plus tard, on se rendit compte de l’aspect ludique de cette activité. Afin de réduire le nombre de morts, on remplaça le tapis par un genre de beigne noir fabriqué dans une matière caoutchouteuse et on remplaça le gouffre sans fond par une piste enneigée.

La GST consiste en quatre étapes. Dans l’ordre:

  1. Remonter la montagne grâce à un remonte-pente.
  2. S’agglutiner selon la méthode dite du “tapon” afin de glisser plus rapidement.
  3. Glisser.
  4. Recommencer.

Bien sûr, nos héros, n’ayant pas froid aux yeux, inventèrent plusieurs techniques qui ont révolutionné cet art ancien. Bien qu’il fasse en cacher certains détails, précisons notamment la technique du “je-plante-mon-pied-dans-la-neige-pour-éclabousser-mon-voisin-pendant-les-décentes” et le célèbre “curling-humain” qui consistait à se foncer dedans avec les tubes.

En rétrospective, ce fut un grand succès.

Le bowling

Rien de tel pour se remettre de ses émotions qu’une bonne partie de bowling accompagné d’un pichet de bière. Comme l’a si bien dit notre ami Didier: “Ouais! C’est trop géant!!! Mais qu’est-ce que vous voulez dire au juste quand vous dites bouligne?”

Nous quittâmes donc Saint-Jean-de-Matha avec émotion, plusieurs aborigènes étaient alors en larmes et nous imploraient de rester. Certaines mères allèrent même jusqu’à nous demander que nous prenions leurs bébés en élèves. Mais que voulez-vous toute bonne chose a une fin.

Nous reprîmes notre route avec le sentiment du travail bien accompli. Au bout de quelques kilomètres, nous arrivâmes à un endroit sombre et terrifiant dénommé “San Feliz de Valiente” en espagnol, mais plus couramment appelé “Saint-Félix-de-Vallois” en français. Nous entrâmes dans un salon de quilles Quillorama et nous adonnâmes à ce sport qui consiste à s’écraser les orteils avec de lourdes boules puis de les lancer sur une longue piste de bois où elles finissent systématiquement par tomber dans de pratiques fossés aménagés de chaque côté de l’allée (appelés les dalots).

Il va sans dire que ce fut fort amusant et que nous battîmes tous les records.

Un copieux repas

Une fois nos parties de bowling terminées, nous quittâmes cet endroit maudit en nous jurant de ne jamais plus y remettre les pieds.

Nous arrivâmes à la ville de Joliette (appelée affectueusement “Rholiette” par les gens du coin), afin d’y trouver un petit restaurant accueillant et de s’y restaurer. Le commis du salon de bowling nous avait alors conseillé “La petite Chaumière”, mais ses indications s’avérèrent totalement fausses et il fallut tourner en rond de façon stratégique afin de la trouver.

Ce fut un repas copieux, où de gentilles vaches nous offrirent généreusement des parties de leur corps afin que l’on puisse y déguster de succulents steaks.

Le retour

Ce fut un retour somme toute tout à fait normal. C’est-à-dire, un retour triomphal avec parade, confettis, foule en liesse et hymnes nationaux chantés par le cœur de l’Armée Rouge. Finalement, il y eu une hausse fulgurante de 1400% du nombre de familles nommant leur enfant Odile (1 en 2008 et 15 en 2009)!

Tout est bien qui finit bien! (8)

Notes

  1. Pour les incultes, il s’agit de la chanson du Blé d’Inde.
  2. Ou tout autre cucurbitacée, à votre guise.
  3. Soit le nom de notre monde avant l’arrivée de Carlos en secondaire 3, mais ça c’est une autre histoire (voir l’album de fin d’année 2002)
  4. Soit les 4 membres du Trio, ainsi que Geneviève qui nous avait rejoint au préalable.
  5. Je ne suis pas sûr de quel État il s’agissait, mais c’était ni la Californie ni l’Alaska, alors disons l’Indiana.
  6. En fait, vous avez sûrement remarqué que j’ai oublié leurs noms. Je me rappelle bien que l’un des deux s’appelait Julie, mais je ne sais plus c’était lequel… Je m’en excuse, je suis profondément navré.
  7. Sauf pour les crocodiles.

Photos

Que serait une aventure sans photos? En voici donc quelques-unes prises par votre fidèle serviteur (Carlos)








Fin.

29 mars 2009

Opération Pingouin alerte

Guillaume est mort. Il a succombé à ses blessures lors d'un attaque sanguinaire perpétré par le chef des terminators. Le membre du trio connu sous le nom de Guillaume avait été attire vers le QG des terminators à San Francisco qui gouvernent l'état de la Californie incognito en se faisant passer par une célébrité allemande de Hollywood.

Voici ce que j'aurais du rapporter si ma mission de sauvetage Pingouin alerte n'avait pas été un succès total et incontesté. En effet, Guillaume est vivant et en aussi bonne santé qu'à l'habitude.

Quand j'ai appris par l'Office D'Intelligence de La musaraignE que la vie de Guillaume était menacée, je me suis armé jusqu'au dents et je me suis dirigé vers les coordonnées qui m'avaient été fournies.

Cette mission fut si périlleuse et remplie d'action, d'aventures loufoques, de drame, d'humour, d'intrigue, de romance et de combats sanglants, qu'essayer de la décrire avec des simples mots serait une insulte à l'humanité et à tout ce qu'il y a de bon dans ce monde.

Je me limiterais à dire que les bons triomphent à la fin, en sauvant le monde au dernier moment quand on croyait que tout était perdu à jamais. Bien sur, les méchants périssent en suite dans les flammes qu'eux mêmes ont attisé.

Maintenant, pour établir de manière définitive la présence du trio et de la musaraigne constipée à San Francisco, Guillaume s'est porté volontaire pour reproduire la gracieuse image d'Odile aux coordonnées 37.775959,-122.512794, dans une échelle odiléenne.

Si la presence de la moitié du trio et de la musaraigne constipe à San Francisco peut resulter en un si grand succès, imanignez ce que la precence complete du trio peut faire dans le monde.

24 mars 2009

La Goullete, là où les Benoits du monde fêtent leur anniversaire

Note: J'ai écrit ce récit il y a déjà quatre mois et c'est maintenant que je le publie.

Je profite de la proximité de Halloween, et d'être au Nigeria (un pays plus proche de la Tunisie que le Canada) sans avoir absolument rien à faire pour remplir une autre page de l'histoire du trio le plus aimé de tous.

Il y a environs six mois, nous avons célébré la fête de notre  bien aimé Benoit. Il faut noter que j'ai laissé que le souvenir de l'évènement mijoter dans mon esprit jusqu'à me sentir prêt à le rapporter dans toutes sa splendeur (j'ai ensuite attendu six mois par pure paresse avant de le rédiger cette humble chronique).

Pour souligner cette évènement, nous sommes allés dans un très joli restaurant tunisien: La Goulette. Pourquoi tunisien? j'entends déjà les interrogations exaltées de nos nombreux lecteurs. Eh bien, c'est à la fois très simple et très compliqué.

Benoit nourrit depuis sa plus tendre enfance une passion incontrôlable pour tous ce qui est tunisien ou à un lien (même lointain) avec la Tunisie. Son amour pour la Tunisie influence ses choix et son comportement en général.

Un raisonnement de premier niveau pourrait mener à croire qu'il s'habille avec des vêtements tunisiens traditionnels, ne mange que de la nourriture préparée exclusivement en Tunisie, qu'il utilise le Dinar Tunisien comme devise lors des ses achats quotidiens, ou qu'il proclame "Hurriya, Nidham, ’Adala" sans cesse. En fait, c'est tout au contraire, pour rendre son amour plus significatif il préfère le vivre de manière parfaitement opposée, montrant ainsi qu'il est prêt à renoncer à ce qu'il aime le plus au monde pour ce qu'il aime le plus au monde. En outre, il serait trop facile pour lui de faire semblant de détester la Tunisie puisqu'il aurait à faire simplement l'opposé de ce qu'il ressent, c'est pourquoi, étant beaucoup plus brave, il donne l'apparence de s'en intéresser autant que quiconque de son entourage et semble indifférent à la Tunisie en général.

video

Revenant à la soirée à La Goulette. Le repas fut très bon, Benoit reçut des piments forts comme cadeau d'anniversaire, il en mangea un accompagné de Danail, et des énormes flots de larmes s'écoulèrent à la suite de la dégustation. Fin.