20 mai 2007

Mon oeuvre

Dans un échange de cadeaux déjà lointain, j'ai reçu une toile blanche. J'ai toute de suite été inspirée par la blancheur de cette toile vierge qui espérait un jour pouvoir arborer fièrement une oeuvre digne et inspiratrice.

La toile n'a plus à attendre puisque ce jour est venu. J'ai employé tout mon savoir faire plastique combiné à mon incomparable sens de l'esthétique pour produire une oeuvre formidable que j'ai nommé « Le destin infini ».

Cette oeuvre, qualifiée par plusieurs comme une explosion harmonieuse de couleur, est le résultat d'une très longue réflexion sur la vie et le vice.

Permettez moi de vous décrire le processus créateur que j'ai employé pour produire ce chef d'oeuvre épatant: J'ai déposé la toile sur des papiers de journal intelligemment disposée et je l'ai, à l'aide un pinceau, peinturé en rouge « victoire » (ou « pompier » selon le pot de peinture).

Cette oeuvre, en toute sa rougeur, exprime la rage, la passion et le désir de vivre de l'humanité. Mais aussi, à l'opposé, elle représente le feu destructeur et ennemi naturel de tout ce qui vit (sauf des bactéries qui habitent autour des volcans sous marins). Cette dualité du message s'oppose à la nature monochromatique de l'oeuvre (qui n'est pas réellement monochromatique puisque la peinture rouge reflète plusieurs longueurs d'onde de lumière). De surcroît, la dualité de l'oeuvre se voit accentuée par l'opposition entre la technique employée qui est très simple, voire minimaliste, et l'immense infinité de sens qu'elle convoie.

Finalement, il est clair que cette oeuvre est un hymne à l'esprit humain et qu'elle complimente l'intelligence et le bon goût.

Je pourrais écrire plusieurs pages pour seulement énumérer les nombreux sens de cette toile. Cependant, je préfère que vous les découvriez vous même. Bien entendu, J'aimerais prendre connaissance des vos critiques, réflexions et découvertes.

4 commentaires:

Benoit. a dit...

Cette oeuvre post-moderne réjean-ducharmesque est un bel exemple de simplisme démesuré, elle est d'un esthétisme recherché et fait ressortir, de par toute sa luminosité rythmée, tout le côté sombre de la dualité humaine.

C'est un chef-d'oeuvre qui mériterait d'être exposé au musée.

Guillaume a dit...

Carlos, je te le dis sans enflure ni fla-fla, des artistes comme toi sont trop rares! Notre société a besoin de pionniers comme toi pour ouvrir une voie de lumière, d'espoir et de sens dans notre monde assourdi par la grisaille du consensus esthétique. Cette oeuvre, que dis-je, ce trésor de l'art absolu, celui qui ne fait de compromis ni avec le gout commun, ni même avec le moindre bon sens, traverse notre paysage sensoriel tel un éclair pourpre un soir orageux de septembre. Dès les premiers instants ou mon regard, glacé par puissance philosophiquement castratrice de notre époque, s'est posé sur le velours rugueux mais accueillant de cette toile écarlate, j'ai senti l'émotion artistique me traverser de part en part et j'ai su: voilà l'oeuvre-phare de ce début de siècle!

Carlos a dit...

Merci Benoit et Guillaume pour ces commentaires élogieux qui me font rougir de bonheur.

Danail a dit...

BLANC, blanc ... blanc
ROUGE, rouge ... rouge