08 janvier 2008

En cette belle semaine de janvier, quoi de mieux qu'une histoire d'Halloween?


Voilà. En visionnant de vieilles photos aujourd'hui, je suis passé par ce joyeux souvenir. Le monstre en avant est un hybride nouveau genre. L'élaboration de cette merveille improvisée est une suite logique d'une histoire trépidante.
Quelques jours avant la fête, j'avais décidé d'organiser une distribution des bonbons comme on avait fait dans les années antérieures. Je ne me rappelle plus très bien qui j'avais appelé, mais je pense que j'ai réussi à rejoindre tout le monde la veille. À ma surprise, pas tout le monde était content que je les appelle la veille, mais comme cette mission était d'une importance capitale pour la planète, nous avons trouvé un terrain d'entente.
Ainsi, le rendez-vous était pour 3:30 chez moi. J'étais à un examen, alors je suis arrivé en retard chez moi à 4:00. C'est pas grave, car Guillaume est arrivé à 4:15. Ainsi, c'est la bouche pleine que j'ai accueilli Guillaume chez moi (je n'avais pas mangé depuis le p'tit déj.) Comme le soleil se couchait vers 5:30, ça nous laissait amplement le temps de visiter 1 magasin pour acheter notre stock, revenir, décorer, nous déguiser, nous assurer que les bonbons ne sont pas empoisonnés, découvrir le secret de la Caramilk, et j'en passe.
La tradition veut qu'on achète une citrouille, qu'on la creuse ou on la barbouille, peut importe, en autant qu'on ne puisse plus vraiment reconnaitre que c'est une citrouille achetée au Loblaws, mais plutôt une créature autentique, gardien des cimetières, compagnon de Dracula, animal de compagnie de Frakenstein, etc.
Arrivés au Loblaws, nous constatâmes qu'il n'y a aucune citrouille plus grande qu'une balle de baseball. Nous avons courtoisement demandé à une préposée o(u) se trouvait la section des grandes citrouilles. Avec un petit sourire, elle nous répondit que cette section n'est plus. Côté bonbons, la sélection aussi laissait à désirer. C'est pourquoi nous nous dirigeames vers le Provigo à deux pas de là. Même optimisme précédant l'entrée, même déception à la sortie. La noirceur s'installait, il était temps d'agir. La mission ne pouvait se solder en un échec, le sort du monde en dépendait.
Dans un élan de panique ou de délire (j'étais passablement fatigué cette journée-là), je suggérai de faire un bonhomme de neige ... avec les citrouilles. Il y avait effectivement quelques citrouilles aplaties à vendre. Guillaume a pensé à reconstituer Odile avec des citrouilles. Malheuresement, il manquait la grosse citrouille pour faire le corps (c'est là qu'on remarque qu'Odile est légèrement dodu). Donc, en sortant du magasin, entre la dégustation (euh je veux dire vérification du bon goût et assurance de la qualité du produit) de deux bonbons, nous avons concocté le plan suivant: on se dépêche à rentrer, on trouve de la peinture blanche, on peinture, on sèche, on décore, on avait 25 minutes avant que les premiers monstres fassent leur apparition.
Arrivés chez moi, je n'ai pas trouvé de peinture blanche (heureusement). Pendant que je m'affairais à courir en rond dans la maison à chercher je ne sais quoi, Guillaume s'est occupé du bonhomme. On a utilisé des baguettes en bois pour faire tenir le bonhomme ensemble. Ensuite, on a placé la carotte. Et le reste s'est fait naturellement. Quand on commence un bonhomme, on ne peut s'empêcher de le terminer. Bref, on était aux derniers ajustement quand le premier personnage est arrivé; un pirate. Bein d'autres sont arrivés rapidement (il ont du se passer le mot). Au début, avec nos 5 paquets de bonbons, nous les traitions en rois. Si bien que nous avons manqué de ressources à 7:30 (1 heure avant la fin). On a tout réemballé en vitesse et on s'est dirigé vers le second lieu de rendez-vous. Mission A terminée. Evaluation des pertes: 5 sacs de bonbons (Guillaume a du manger 500 g de bonbons, il n'avait sûrement pas très faim pour la suite.)(Ahh oui, et 2 sachets de Caramilk en pure perte: j'avais décidé de placer des sachets sur chaque escalier pour faire comme une piste qui mène au trésor. Malheuresement, ils n'ont rien vu et tout piétiné)
Question quiz: en quoi sont faits les membres du bonhomme?
Le trio maintenant presqu'au complet au dix cent de Berri, il fallait résoudre un défi de taille: nous rassasier de ces aventures épiques. C'est ainsi que rejoignîmes Carlos à un resto viêt. Après un copieux repas agrémenté de Nem, il fallait sortir le méchant. Cependant, comme j'étais dans un état au bord de l'évanouissement, on conclut que j'étais une petite nature et qu'il était temps de rentrer. C'est peut-être pourquoi mes souvenirs deviennent de plus en plus disparates à mesure que la soirée avance.
P.S. Le diable a trôné fièrement un jour dans ma chambre avant de disparaître mystérieusement. D'ailleurs, ma mère a fait une superbe salade à la citrouille cette journée-là.

2 commentaires:

Guillaume a dit...

Ah, que de beaux souvenirs!
Quelle belle histoire!

En passant, Danaïl, as-tu eu les résultats de ton examen?

Et message subliminal pour Carlos: que sont devenues les photos de l'expédition de raquette?

Un ami qui vous veut du bien. a dit...

Je constate que vous n'étiez même pas déguisés... Non mais quels poches!